Marshall Origin 5C : Le son des lampes dans un petit combo

Marshall Origin 5C

4.05

Aspect visuel

4.0/5

Fonctionnalités

3.5/5

Son

4.8/5

Prix

4.0/5

Les Plus

  • Le son des lampes exceptionnel
  • Un look typiquement Marshall
  • La simplicité d'utilisation

Les Moins

  • Le poids (14kg !)
  • Sa simplicité le cantonne à jouer dans 2 ou 3 styles

Peut-on obtenir un son digne des meilleurs Marshall seulement avec 5 Watts ?

C’est ce que propose le Marshall Origin 5C. 5 pour la puissance de 5 Watts. Origin pour un retour aux sources ? Exactement !

Mais est-ce que ce Marshall Origin 5C est suffisamment intéressant pour finir dans votre salon ou votre salle de jeu ?

C’est ce que nous allons voir dans ce test !

L’aspect extérieur du Marshall Origin 5C

Pour l’aspect extérieur, on est sur du Marshall pur jus : un caisson en bois noir, une poignée sur le dessus avec des ornements dorés. Sur le devant, vous retrouverez une grille tissée qui donne un joli côté rétro à ce Marshall ainsi que le logo de la marque.

Marshall Origin 5C vue de face
Le Marshall Origin 5C, un petit cube tout lampes

A l’arrière, on retrouve le même panneau noir coupé que dans de nombreux autres amplis de la marque qui permet de découvrir le haut-parleur Célestion de 8″.

Marshall Origin 5C arrière
La face arrière du Marshall Origin 5C avec le panneau coupé et qui laisse apparaître furtivement le Celestion

Rien de nouveau sous le soleil ? Eh bien figurez-vous que cette petite bestiole pèse pas moins de 14 kilos pour un encombrement relativement réduit. On reste dans la taille classique des amplis de cette puissance (55 x 51 x 29 cm), mais on est sur un ampli qui pèse son poids !

Marshall Origin 5C vue de 3:4

Le panneau de contrôle avec les réglages se situe comme d’habitude sur le dessus de l’appareil. Comme d’habitude avec Marshall, la lisibilité est au rendez-vous avec 5 potards et quelques éléments supplémentaires. Le panneau de réglages reprend la couleur habituelle des plaques de réglages des autres Marshall (ce doré légèrement passé qu’on aime tant).

Le panneau de réglages du Marshall Origin 5C
Le panneau de réglages du Marshall Origin 5C. Notez le logo plutôt sympa du modèle

Le point du plaisir : le logo de la gamme Origin est vraiment beau à mon sens. Il a cette touche un peu californienne avec ses courbes et les traits fins et légèrement effacés. Cela donne à cet ampli un petit détail qui fait mouche pour moi.

Reste à voir si la promesse du son est tenue ! Mais avant cela, faisons un tour du côté des fonctionnalités.

Les fonctionnalités du Marshall Origin 5C

Marshall sait faire des panneaux de réglages classiques. Et celui-ci ne déroge pas à la règle ! On retrouve donc 5 potards dont un petit nouveau : le « Tilt » fait son apparition. Son rôle ? Imiter les deux canaux différents d’un plexi.

Pour le reste, vous retrouverez les potards que l’on retrouve sur tous les amplis, à savoir un volume, un bass, un mid et un treble. En vous déplaçant sur le panneau, vous repérerez à droite du logo Origin 5 deux interrupteurs : le premier pour la mise en tension de l’ampli, le second pour l’output avec deux valeurs : Low et High qui permettront de switcher le niveau de sortie. On retrouve également deux canaux sélectionnables grâce à un footswitch connectés à l’arrière de l’ampli.

A l’arrière de l’ampli justement, on retrouve une boucle d’effet que l’on peut activer ou désactiver à souhait. A noter la fonction Boost avec laquelle il est possible de jauger le niveau de sortie grâce au bouton de volume situé sur le dessus du panneau de réglages.

Du côté du haut-parleur, Marshall fait à nouveau dans le classique en intégrant un Célestion Eight 15 de 8″. Un HP qui a déjà fait ses preuves et qui n’est pas en manque de ressources.

Au niveau des lampes, c’est également du classique puisque l’on retrouve deux 12AX7 et EL84.

Et voilà !

Comme vous pouvez le constater, cet ampli est très « roots » dans sa conception. Pas étonnant pour un ampli qui semble vouloir renouer avec les origines de la marque ! Ici, on est sur de l’efficacité, de la simplicité. On est loin du Marshall Code 25 qui affiche un côté résolument plus novateur.

Et parfois, la simplicité a du bon.

Est-ce que ce retour aux sources est bénéfique pour le son de cet ampli ? Découvrons ça tout de suite !

Le son du Marshall Origin 5C

Commençons par un test sans gain (le bouton « Tilt » va jouer une grande importance dans le son ici).

Avec les basses et les aigus à midi et le middle à 7, le son de cet ampli se veut très country avec une Fender Telecaster. Le son est très bien équilibré entre chaque fréquence. Avec le Tilt presque au plus bas, votre son reste très clean. Pour obtenir un peu de mordant, il ne faudra pas hésiter à passer sur un humbucker ou à attaquer plus fort les cordes pour en sortir un son presque « blues gentillet ».

C’est seulement en poussant le Tilt vers le 6 niveau que le premier pallier de gain se fait bien sentir. On est sur une montée très progressive donc. Et pourtant, la plus grande surprise de cet ampli se trouve dans la dernière course de ce fameux potard. A partir de 7, le Tilt fait grincer le Celestion et apporte le mordant qu’on est en droit d’attendre d’un Marshall ! Au delà, on arrive sur une overdrive boostée très sympa pour tout types de rock et blues.

Ici, les humbuckers joueront un rôle important : la saturation monte vite et les lampes craquent irrésistiblement sous les riffs endiablés qu’on lui impose. On se retrouve vite à enchaîner les riffs de Blur pour du bon rock qui tâche.

Ce son mordant s’obtient très facilement et sans pédales, mais attention malgré tout au niveau des basses qui méritent un petit coup de boost dès qu’on monte en saturation, au risque de finir par avoir un son très aiguisé. On équilibrera donc le tout en tournant gentiment le potard de basse pour le faire monter autour de 7-8.

En gardant ces réglages et en préférant des micros simples comme avec une Stratocaster par exemple, les riffs sont incisifs avec le micro central. Pour le micro bridge, la tonalité plus ronde convient mieux à mon goût et permet d’enchaîner des rythmiques plus douces couplées à des refrains plus hard. Et tout ça, en jouant seulement avec le bouton de volume de ma guitare.

Les lampes jouent admirablement bien leur rôle et le Celestion encaisse bien la suite de riffs qu’on lui propose (qu’on lui fait subir en réalité). On évolue dans des registres rock classiques et même hard rock du début des années 70. En revanche, cet ampli n’est clairement pas taillé pour aller au-delà. C’est ici la limite de cet ampli.

Cantonnez-le au blues, au rock et au hard rock, mais ne lui demandez pas de jouer du Sabbaton, ce n’est pas son domaine !

En bref, un très bon ampli à lampes qui saura vous ramener à vos amours de jeunesses si vous avez plus de 40 ans et qui sera empreint d’une nostalgie jamais goûtée si comme moi vous approchez de la trentaine.

Pour vous donner une idée du son de ce Marshall Origin 5C, découvrez ces quelques vidéos :

Conclusion

Cet ampli Marshall a tout ce qu’il faut pour séduire les habitués de la marque comme ceux qui veulent un premier vrai ampli à lampes. On est vraiment sur un ampli plug and play encore.

La simplicité d’utilisation est déconcertante, les lampes fonctionnent superbement bien…

C’est un bon ampli pour se faire plaisir et pour ceux qui veulent revenir à l’essence même du rock : une guitare, un ampli, une wah-wah et let’s go !

J’ai tout de même un bémol à ajouter : si cet ampli fonctionne très bien et remplit parfaitement son rôle basique, il sera néanmoins cantonné à quelques styles. On ne peut pas tout avoir ! Si il est parfaitement à l’aise avec le blues, le rock et le rock un peu bourrin, il sera vite limité sur des niveaux de gains plus extrêmes nécessaire pour du métal.

Amis métalleux et passionnés de la warzone du Hellfest, passez votre chemin ! Pour les autres, foncez !

Laisser un commentaire